plantes aromatiques
Potager

Plantes aromatiques : 5 erreurs à éviter absolument

Envie de ramener du soleil dans vos plats ? Confiez la tâche aux plantes aromatiques et laissez vos papilles vous remercier. Aussi agréables à la vue et à l’odorat qu’au palais, elles s’invitent dans vos jardinières pour le plus grand plaisir de toute la famille. Pour éviter de ternir votre rêve de potager maison, attention à ne pas commettre ces 5 erreurs ô combien banales.

1/ Toutes les mettre dans un même pot

Ce n’est pas parce qu’ils servent le même but que tous les aromates peuvent croître l’un à côté de l’autre. Avant de composer vos jardinières, veillez à bien vous renseigner sur les différents besoins des végétaux.

A titre d’illustration, le basilic prospère sur les terreaux humides, mi-exposés à la lumière du soleil et fréquemment supplémentés en engrais. Le thym, au contraire, est un adepte des sols sableux, des expositions en plein soleil et de l’absence de fertilisants.

Impossible donc de faire pousser ces deux-là côte à côte ! Au moment de faire le choix des semences aromatiques, prenez quelques instants pour vous renseigner au maximum. Cela vous évitera de fâcheuses déconvenues.

2/ Ignorer leurs cycles naturels

Il n’y a pas que les facteurs physico-chimiques qui influent sur le rendement d’une culture. Tout comme la géologie et les conditions météorologiques, le cycle naturel de la plante est un élément déterminant.

Une fois germée, la ciboulette vous fournira en épices pendant 2 à 3 ans. Si par contre, vous avez planté de la stevia afin de disposer d’une réserve illimitée de sucre naturel, sachez qu’il vous faudra effectuer de nouveaux semis chaque année.

Arrivées en fin de vies, vos plantes aromatiques mourront inexorablement. Vous pourrez rajouter autant d’engrais que possible, cela n’y changera rien.

3/ Les tailler trop rarement

S’il y’a bien une chose qui devrait être rajouté dans le protocole de la semis des plantes aromatiques, ce serait un chapitre sur la taille.

Après avoir investi temps et énergie pour faire pousser vos plantes aromatiques, il se peut que soyez réfractaire au maniement des ciseaux. Vous ne voudriez pas les abîmer ou les contraindre au nanisme.

C’est plutôt le contraire. En les taillant fréquemment, vous permettez à la plante de se fournir en nouveaux ramages et de s’étendre sur la largeur.

4/ Laisser vos plantes aromatiques fleurir

Bien que… si vous désirez polliniser naturellement les alentours, ce chapitre ne s’aligne pas forcément avec votre intérêt.

Dans le cas contraire, si vous préférez optimiser le rendement, il est recommandé de couper les bourgeons floraux. Cela est dû au fait que leur croissance et leur maintenance consomme une partie de l’énergie du végétal. Cela fait donc de l’énergie en moins pour les feuilles épicées qui vous intéressent.

Il est aussi possible de récolter certaines graines comme celle de l’aneth ou de la ciboulette et de s’en servir en cuisine.

5/ Se limiter aux aromates connus

Parce qu’il y’a plus à découvrir que le persil, la coriandre ou la ciboulette dans le monde merveilleux des plantes aromatiques. Ce serait dommage de cantonner votre univers gustatif aux saveurs classiques.

Osez sortir des sentiers battus. Le cresson de Para, par exemple, est une plante dont le goût ne laisse personne indifférent. Et que dire de l’hysope, de la cannelle ou des menthes aux parfums d’agrumes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *